Ne laissons pas la Commune de Paris aux hipsters !

facebook twitter google tumblr reddit pinterest email

Cent quarante-quatre ans après l’insurrection populaire et révolutionnaire, des hipsters parisiens tentent une OPA sur l’héritage de la Commune de Paris. Gerbant.

Commune de Paris vêtements poisson rouge

La Commune travestie pour des hipsters fortunés

C’est une boutique discrète du 3ème arrondissement de Paris qui a attiré notre attention. Dans ce quartier chic du centre de la capitale, nous avons d’abord cru à une initiative militante : un fronton siglé « Commune de Paris, 1871 » avait en effet de quoi nous interpeller.  Etait-ce un nouveau local de l’Association des Amis de la Commune ?  Une nouvelle librairie libertaire? Allez, une galerie arty un peu radicale ? Que nenni.

L’expérience révolutionnaire à 150€

La boutique « Commune de Paris 1871 » n’est rien de tout ça. Juste un magasin de fringues hors de prix pour bobos-hipsters fortunés. Imaginez-vous des chemises en denim à 150€ et des foulards pastels à 50€ portés par de riches parisiens à mèches : vous avez saisi le concept. Mais alors quoi ? Pourquoi cette référence à la Commune de Paris, héritage révolutionnaire et populaire entre tous ? Parce que c’est old school et que ça marche, voilà tout.

A l’origine de la marque, trois garçons bien propres sur eux, anciens graffeurs et « créateurs » de mode autoproclamés qui flairent le bon coup et lancent en 2009 leur collection de sapes sous le sigle Commune de Paris.  « Avec un nom pareil, on souhaitait parler d’une identité française, et plus particulièrement parisienne, qui symbolise l’insoumission» expliquent-ils aux journalistes de LUI au mois de mai dernier. Tout est donc une histoire de marketing.

Derrière ce « symbole d’insoumission » se cache pourtant tout l’arsenal vestimentaire de la bourgeoisie moderne : « L’homme Commune de Paris est un dandy pas forcément sage ; c’est une peu comme ça que l’on perçoit l’identité parisienne. À partir de l’événement La Commune de Paris, on a voulu jouer avec l’insurrection. » Jouer avec l’insurrection ? Merci pour ceux qui en sont morts.

Et le symbole d’insoumission version hipster-du-marais vaut de l’or, au sens propre : plus bel exemple de l’arnaque monumentale de la marque Commune de Paris, ces broches en fil d’or frappées du « A » anarchiste. Vous avez le droit de vomir.

broche anarchiste en or poisson rouge

Une broche anarchiste en or? Ils ont osé

Rappel aux hipsters : la Commune de Paris c’est ça

Pour nous, et quitte à jouer les puristes, la Commune de Paris ne doit pas devenir un objet marketing. Ce n’est pas un support utilisable pour faire du fric à outrance en s’adressant à la jeunesse dorée parisienne. Tout simplement parce que c’est l’exact opposé des valeurs défendues en leur temps par les Communards.

La Commune de Paris, c’est avant tout un épisode hautement politique de l’histoire populaire. Ce sont les pauvres gens qui se dressent contre la bourgeoisie. C’est un peuple qui se soulève et qui se bat contre les corps armés d’une République pourrie. C’est aussi le peuple qui meurt de s’être soulevé pour sa liberté. Pour nous, la Commune de Paris ce sont  des dizaines de milliers de femmes et d’hommes réprimés et assassinés durant la semaine sanglante. C’est Paris qui vit ses heures de gloire puis ses heures de honte.

La Commune de Paris, c’est aujourd’hui  la mémoire collective de tou-te-s celles et ceux qui affichent les valeurs de partage, d’éducation, d’insoumission, de Révolution. C’est l’héritage du petit peuple de Paris. De celles et ceux qui galèrent et qui travaillent dur pour pas grand-chose. Ce n’est pas l’héritage de ceux qui peuplent les beaux quartiers et dépensent leur trop plein d’argent dans des fringues hors de prix.

Personne ne peut nous confisquer cet héritage au nom du merchandising, qui plus est pour son enrichissement personnel.  Nous ne laisserons pas faire.

NB : notre demande d’interview auprès des créateurs de la marque est restée lettre morte. Mais cela n’aurait pas changé grand-chose à notre regard sur la question.

facebook twitter google tumblr reddit pinterest email

34 commentaires sur “Ne laissons pas la Commune de Paris aux hipsters !

  • http://www.amazon.fr/Paris-insurg%C3%A9-La-Commune-1871/dp/2070532895
    Ouvrage de référence me semble-t-il sur la question, qui présente la commune au croisement de revendications ouvrières et artisanes marxistes (nouvelle forme de révolution qui se réalisera pleinement en 1917), d’un désir d’autonomie parisien (attention cependant il n’y a pas eu la commune qu’à Paris!!) et d’une révolution plus classique dans la lignée de 1789-1830-1848.

    Concernant ce magasin, c’est en effet un bel exemple du processus opéré par notre belle société de consommation, qui vide de sa substance les combats, les luttes, les contre-cultures, pour leur trouver une place et une étiquette dans ses infinis rayonnages.

    Répondre
    • Dans ce débat, je préfèrerais ne pas faire de lien vers un site internet qui vend des livres comme des aspirateurs et ne respecte pas ses employés…
      Je préfèrerais : http://www.librairie-quilombo.org/Histoire-de-la-Commune-de-1871
      En outre, ce livre là fait un peu plus référence. Pour commencer, celui de Ruogerie est très bien cela dit.

      Répondre
    • Perso, je suis quelque peu bobo et pourtant cette commercialisation de la Commune me répugne. Tachez de ne pas être aussi caricatural que l’est ce magasin!

      Répondre
  • si comme moi ça vous fane , les bobo qui se croient faire de l’argent avec la mémoire des revolutionnaires vous pouvez allez pourir leur page …. bien sur courageux comme ils sont ce sera censuré dans les 20 secondes …. https://www.facebook.com/pages/Commune-de-Paris-1871/68879707883

    Répondre
  • Une marque francaise qui ne fait pas produire ses vetements dans le tiers-monde, forcement ca coute plus cher que du H&M les gars, faut se reveiller…

    Répondre
    • Assez d’accord avec toi Jean Louis. Je vais aller m’insurger ailleurs du coup.

      Répondre
    • Cher Jean-Louison,

      Il faudrait jeter un oeil à leur taux de marge, quand même. Et à la répartition interne des richesses et des pouvoirs dans leur entreprise. Qui sait, peut-être qu’on y trouvera une petite cohérence avec l’esprit de la Commune ?

      En attendant justifier le prix de leurs fringues par la simple localisation, c’est un peu maigre (même si pas totalement faux, bien sûr.

      Bien à toi.

      Répondre
    • Votre réveil n’est pas complet en l’occurrence! c’est la récupération mercantile d’une période de la lutte du prolétariat contre l’ordre établit de leurs oppresseurs et exploiteurs ! Comme vous le savez sans doute,La Commune de Paris, du 26 mars 1871 jusqu’à la « semaine sanglante » (21 – 28 mai), désigne une période révolutionnaire à Paris, qui, contre le gouvernement, issu de l’Assemblée nationale qui vient d’être élue, établit une organisation ouvrière comme organisatrice de la ville, et gouvernement prolétarien. Dans plusieurs autres villes de France (Marseille, Lyon, Saint-Étienne, Toulouse, Narbonne, Grenoble, Limoges) des communes sont proclamées à partir du 3 mars 1871, mais elles furent toutes rapidement réprimées. Pour Karl Marx, c’est la première insurrection prolétarienne autonome. Vous voyez le problème? Maintenant ,j’imagine que si vous faites cette réflexion votre conscience politique s’arrête au niveau de celle des « rép(o)ublicains » ?

      Répondre
  • Je préfère de loin les punks à chien aux hipsters à gamins… Le phénomène est apparemment national, puisqu’à Grenoble, ils tentent de s’arroger la Journée des Tuiles de 1788…

    Répondre
  • Ma grand mère me racontait souvent que son propre grand père, sous officier d’infanterie, avait fait la campagne de 1870 et la répression de la commune dans l’armée versaillaise. D’après elle, il détestait encore plus les communards que les prussiens ce qui n’était pas peu dire apparemment… Comme je le comprends, quand je vois ce que cette lie a fait de Paris.

    Répondre
    • Le Paris d’aujourd’hui n’est pas la conséquence de cette « lie » comme tu dis…
      Le Paris d’aujourd’hui c’est le capitalisme et le libéralisme qui en on fait se qu’il en est…
      La Commune n’a pas tenue que je sache? Alors elle n’a pas eu les moyens d’avoir quelques conséquences négative que se soit… Et Paris a très vite était repris par les gens qui ont voulu en faire se qu’elle est aujourd’hui va! Si les Communards avaient pu aller jusqu’au bout de leurs idées, Paris serait une ville magnifique aujourd’hui…
      Comme je ne me retrouve pas dans ton discours ni celui de tes aïeux…

      Répondre
      • Les Tuileries, la maison de Merimee, les archives d’Etat Civil, et Le louvre si il n’y eut pas d’intervention, aurait lui aussi brulé, est ce Donc ca, l »esprit » de la commune?? En tout cas, de par Le monde, il est pas oublie: daech…

    • Dommage que votre arrière-arrière-grand-père ne se soit pas fait couper les couilles à l’époque, ça m’aurait évité aujourd’hui de lire votre commentaire haineux. La lie… Le mépris de classe qui sue de vos mots rappelle combien il reste à lutter contre vous et vos semblables.

      Plus que votre mauvaiseté, c’est votre profonde ignorance qui est encore la plus affligeante.

      Répondre
  • Reportage n’ayant aucunes utilité réelle!
    Qu’est ce que vous voulez, y’aura toujours des imbéciles qui porterons une crête parce que c’est cool de faire punk, ou de mettre des lunettes en forme de cœur avec des verres rose car sa déchire de ressembler a un hippie…
    La récupération aura toujours lieu, dans n’importe quel mouvance.
    Laissez les dans leur coin, a se masturber sur des choses qu’ils ne comprennent même pas!
    Vous parlez du devoir de mémoire des Communards? Vous êtes journalistes les gars! Journaleux les mecs! Vous êtes vous même des récupérés!
    Alors au lieu de crier au viol de nos origines, et a la récupération, regardez la ou sont les vraies luttes! Le Pen, Ménard, Total, Vinci, les dirigeants, les grandes entreprises! Eux c’est les vrais dangers de la société…
    Qu’est ce qu’on en a a branler des petits cons qui portent un -A- en paillette d’or non de dieu? Z’avez pas plus crédible comme article merde?

    Répondre
    • Il me semble qu’on peut très bien parler des deux. Cette manie de dire toujours « il y a plus grave! » oui en effet il y a toujours plus grave.
      On ne doit donc plus parler que du capitalisme?

      Répondre
      • Bah, de toutes façons les gens qui écrivent « Z’avez » pour faire « parler familier » sont des cuistres.

      • Akim, tu montre a tout le monde ta capacité au débat hyper développée!
        S’arrêter a un mot que j’emploie pour essayer de cracher de la bile, voila qui est mature.
        As-tu quelque chose a dire sur le fond du débat ou non?

      • Garance
        non effectivement il n’y a pas que le capitalisme comme lutte actuelle.
        Mais avant de se jeter sur de pauvres ados qui n’ont pas conscience des codes qu’ils emploient (sachant qu’il n’y a aucunes conséquences fâcheuse a part la blessure de l’égo de certains), on pourrait se tourner vers la lutte féministe, vers le soutient aux migrants, vers la violence policière et étatique, vers la cause animale…
        Donc oui, effectivement, il y a toujours pire ailleurs, et non, ce magasin ne mérite pas qu’on face un article sur lui, et qu’en plus on le nomme (le dit article) « ne laissons pas la commune de paris aux hipsters ». En plus c’est limite tendancieux! Les hipsters pourraient avoir a apporter des choses que certains anar ou antifa ne son même pas en capacité de concevoir…
        Donc oui, cet article est juste inutile (a mon sens), y’a plus urgent dans l’information ou dans la lutte…
        Sa va Akim, j’ai pas trop parlé français « familiers » pour toi? T’as de quoi amener de l’argument solide au débat ou tu va rechercher la faute d’orthographe pour avoir quelque chose a dire sur un sujet au moins?

  • A-FLI-GEANT! Et pourquoi pas « Mai 68″ ou « Prise de la Bastille » dans le genre récupération de l’Histoire? C’est du grand grand n’importe quoi! à quand l’opérette/ défilé de mode au Châtelet dans le genre « Les Misérables » sur Broadway??? Pauvres communards tombés il y a 145 ans pour s